En premier lieu, on peut dire de la publicité qu’elle est un des symptômes sociaux les plus caractéristiques de notre conditionnement général. Lutter contre la publicité, c’est lutter contre le système socioéconomique d’aujourd’hui qui fonctionne grâce à la consommation et à une course pour le paraître.

Illustration Steve Cutts

Patrick Le Lay, président-directeur général du groupe TF1 écrit : « Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective business, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. Or, pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible. Rien n’est plus difficile que d’obtenir cette disponibilité. C’est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l’information s’accélère, se multiplie et se banalise…

— Extrait tiré du livre Les dirigeants face au changement, Éditions du Huitième jour, 2004.

LIENS :

  • VIDEOS :
A quoi sert la publicité : Pierre Carles et les pub-licitaires

Documentaire sur les mouvements antipub

Charlotte Nenner, Les jeudis de l’écologie

TEXTES :

– Naomi Klein, No Logo
– François Brune, Le Bonheur conforme
– Groupe Marcuse, De la misère humaine en milieu publicitaire
– François Brune, Les médias pensent comme moi !
– Maurice Pergnier, la publicratie
– Florence Amalou, Le livre noir de la pub
– Sébastien Darsy, Le temps de l’antipub