Le réseau ConscienceS-citoyenneS entend promouvoir un modèle alternatif de société

Nous pensons effectivement que le modèle économique des sociétés industrielles contemporaines génère un type de personnalité narcissique qui cause, entretient et aggrave les crises globales du XXIe siècle. Ce rapport de causalité entre ce type de personnalité et les crises globales peut s'expliquer à travers une incompatibilité ou un paradoxe entre ce type de personnalité et ce que pourrait être un projet commun et durable de société. Or, selon nous, cette incompatibilité impacte aussi bien notre destinée en tant qu'espèce (extinction par autodestruction), que le sens de la vie individuelle (anomie, aliénation, cynisme, mépris, concurrence). En effet, en tant qu'espèce sociale et politique, l'être humain devrait œuvrer, de manière collective et concertée, à son organisation sociale. Au contraire, aujourd'hui, ce qu'il se passe, c'est que chacun d'entre nous est concentré sur ses propres affaires. Il s'agit là d'un non-sens absolu qui est, pourtant, assimilé grâce au conditionnement économique que nous subissons tous dès notre plus jeune âge. Conscients de cet état de fait, nous pouvons certes nous révolter de différentes manières, mais bien vite le réalisme économique nous rattrape et nous rappelle cette loi qu'on connait, désormais, tous par cœur tellement elle fait partie de nos vies quotidiennes : "pour vivre, il faut de l'argent et pour avoir de l'argent, il faut qu'on adopte les valeurs matérialistes et individualistes qui nous garantissent, paradoxalement, notre sociabilité et notre intégration économique". D'autre part, il nous faut être lucides quant à l'exploitation générale basée sur le court terme et le règne du quantitatif et de l'avoir qu'implique le modèle actuel. Cela dit, ce qui nous motive le plus à réagir, c'est l'absence cruelle de sens. Autrement dit, nous réagissons, car nous nous sentons dépossédés d'un attribut essentiel, celui d'un sens qualitatif et spirituel qui nous permettrait de nous réunir autour d'un projet commun.

Ce projet commun est une religion ; une religion que nous nommons humanité. De ce point de vue, l'humanité n'est pas innée. Il s'agit d'une oeuvre à construire et qui nécessite la participation de l'ensemble. À notre sens, cette construction passe nécessairement par le partage équitable (économie), l’éducation citoyenne (culture), la juste organisation (gouvernance) et la conscience écologique (écologie).

Bref, le modèle que nous proposons ici a un nom : le CIVILISME. Il s'agit d'un système intégral qui tient sur 4 piliers que nous présentons ci-dessous et dans notre menu :


Le pilier socio-économique

Le premier pilier est celui du partage équitable. Il se base sur le concept de “salaire à vie” tel qu’il a été théorisé par Bernard Friot. En France, ce concept est soutenu par le Réseau Salariat.

Le pilier socio-culturel

Le deuxième pilier est celui de l’éducation citoyenne. Afin de parvenir au changement que nous proposons ici un changement de paradigme est nécessaire. Pour ce faire, le système scolaire doit être reconsidéré dans une orientation citoyenne...

Le pilier de la socio-gouvernance

Le troisième pilier est celui de la juste organisation. Il vise les rapports de pouvoir. Alors que l’on croit communément que l’on vit en démocratie, ce réseau défend l’idée que l’on vit plutôt dans un régime oligarchique qui est tout sauf...

Le pilier socio-écologique

Le quatrième pilier est celui de la conscience écologique. En comparaison des autres, ce pilier ne constitue pas un objectif en soi. Il est une donnée de conscience qui est incluse dans l’esprit du modèle alternatif que nous proposons. Autrement dit, en passant d’un modèle...