Le troisième pilier est celui de la juste organisation. Il vise les rapports de pouvoir. Alors que l’on croit communément que l’on vit en démocratie, ce réseau défend l’idée que l’on vit plutôt dans un régime oligarchique qui est tout sauf représentatif et accessible au peuple. Le régime politique actuel représente les intérêts d’une classe minoritaire, les intérêts de personnes qui veulent se maintenir au pouvoir et qui, en ce sens, sont à la merci des lobbys commerciaux et financiers qui les financent. Ce pilier défend trois idées principales et est complémentaire aux autres piliers :

  1. Nous défendons l’idée d’un Etat fédéral supranational, c’est-à-dire d’un gouvernement mondial. Cette institution totalitaire – au sens positif du terme (totalitaire=totalité) – aurait pour objectif premier d’être le gardien et le coordinateur actif 1) de la justice sociale (partage des richesses et des ressources) entre les pays et les citoyens, 2) du respect écologique (gestion éco-responsable des ressources et des productions) et 3) évaluation du niveau de bonheur de la population mondiale (Bonheur National Brut). Les membres de ce gouvernement seraient tirés au sort de manière équitable et juste par un système informatique indépendant de toute volonté particulière. Au sein de cet Etat supranational, les nations fonctionneraient comme des régions et n’auraient, par conséquent, pas d’armée (la guerre devenant inutile).
  2. A tous les niveaux, nous défendons le tirage au sort comme méthode d’élection. Des quotas sont, cependant, à définir afin de garantir la représentativité de la population dans son ensemble. En Suisse, le mouvement Genomi porte cette idée. Ci-dessous deux vidéos de Charly Pache qui présente l’idée générale.