Le quatrième pilier est celui de la juste organisation. Il vise les rapports de pouvoir. Alors que l’on croit communément que l’on vit en démocratie, ce réseau défend l’idée que l’on vit plutôt dans un régime oligarchique qui est tout sauf représentatif et accessible au peuple. Le régime politique actuel représente les intérêts d’une classe minoritaire, les intérêts de personnes qui veulent se maintenir au pouvoir et qui, en ce sens, sont à la merci des lobbys commerciaux et financiers qui les financent. Ce pilier se base, principalement sur l’idée du tirage au sort de nos représentants. En Suisse, le mouvement Genomi porte cette idée.



A travers ce pilier, nos priorités sont les suivantes : 

1) Mettre en place une procédure qui implique le tirage au sort à tous les niveaux du pouvoir législatif et exécutif. Le pouvoir communal a sa source parmi la population, le pouvoir cantonal a sa source parmi les élus tirés au sort au niveau communal, le pouvoir fédéral a sa source parmi les élus tirés au sort au niveau cantonal. Le même principe est appliqué pour le pouvoir exécutif. Des quotas sont, cependant, à définir afin de garantir la représentativité de la population dans son ensemble.

2) Ce système implique la complémentarité des autres piliers. Autrement dit, le modèle économique, éducatif et écologique doivent être inscrits dans la Constitution. Ainsi, par exemple, ce système de gouvernance fonctionne si l’éducation citoyenne est garantie pour tous.