Le premier pilier est celui du partage équitable. Il se base sur le concept de “salaire à vie” tel qu’il a été théorisé par Bernard Friot. En France, ce concept est soutenu par le Réseau Salariat. Alors qu’aujourd’hui, dans les sociétés occidentales, la logique économique règne comme conditions de possibilité et comme but permanent faisant de l’humain une ressource (du reste, ce n’est pas pour rien qu’on appelle le service du personnel d’une entreprise, les ressources humaines). Il y a donc un renversement des valeurs qui ne sert qu’une minorité qui profitent du travail de la majorité. L’objectif social recherché par ce pilier est de remettre l’économie à sa place comme dispositif à l’usage et à la faveur de l’être humain.


A travers ce pilier, nos priorités sont les suivantes :


1) Implémenter le système du salaire à vie afin de rendre effective la justice sociale. La justice sociale est, pour nous, l’axe principal de la transition citoyenne. C’est une condition à l’harmonie sociale et à la possibilité d’un sens commun.

2) A travers l’implémentation du salaire à vie, le concept de travail sera automatiquement reconsidéré (avec lui, les concepts de retraite, de vacances, etc.). On ne travaillera plus pour gagner sa vie individuellement, mais pour participer et ainsi donner un sens à notre existence individuelle au sein d’un tout qui nous reflète notre être individuel et collectif.

3) Mettre en oeuvre le service civil obligatoire pour tous les citoyens, femmes et hommes, sur une période à définir. Le service civil obligatoire répondrait aux besoins de la communauté. Il serait évalué annuellement par un comité tiré au sort.

4) Propriété privée=logement de vie. Autrement dit, il n’est pas acceptable que la propriété soit utilisée comme une rente pour quelques-uns. A l’exception de l’habitat propre, il est juste que toutes propriétés soient collectivisées.

5) Limiter la période de travail à, maximum, 80% pour tous.

6) Introduction d’une monnaie pleine et mondiale

6) Taxation des plus riches au niveau mondial.

7) Suppression des paradis fiscaux.

8) La remise, sans contrepartie, de la dette extérieure des pays du tiers-monde.